Language
Evenements
Événements
Photos
Vidéos

Les artistes

Aux Contamines Montjoie, les artistes prennent la parole !

A partir du 8 juillet prochain, un personnage incarnant la « conscience du festival » Natur’Art, colporteur d’histoires magiques et de légendes alpines, prendra résidence au cœur du Val Montjoie, pour devenir le compagnon cocasse et plein d’entrain du public présent…

Du 6 au 14 juillet 2014, l’expression artistique sera invitée à prendre la parole sur l’ensemble de la station ! Dans des lieux qui traditionnellement n’ont pas vocation à être le « théâtre » d’une telle créativité…

La nature de ce festival est de mixer les genres et de proposer, au public des Contamines Montjoie, un véritable miroir récré – actif dans l’univers des arts.

Sculpteurs, peintres, plasticiens, musiciens, conteurs et comédiens… vont assurément jouer le jeu de la rencontre, et partager leurs inspirations, leurs points de vue, et quelque part leurs savoir-faire, in situ !

La culture de la proximité avec le public est inscrite dans l’ADN du Natur’Art Festival… Les artistes présents ont donc indubitablement vocation à l’échange.

En proposant l’environnement exceptionnel du pays du Mont–Blanc comme lieu d’expression artistique et carrefour de rencontres, les organisateurs de Natur’Art Festival, ont pour ambition de motiver un réel rapprochement avec le public, en tentant de raconter les liaisons entre l’art et la nature, notamment à travers les principes fondamentaux de sauvegarde du patrimoine environnemental…

BIOGRAPHIES DES ARTISTES

 

  • Danièle Gay, artiste plasticienne

 

Mettant en scène un univers étonnant et avec une démarche si singulière, le travail de Danièle interloque, émerveille ou parfois dérange… C’est une artiste qui a tant de choses à exprimer, et dont l’inclination créatrice est chargée de bienveillance vis à vis du public. Vis à vis des êtres humains en général d’ailleurs.

Au cœur du Val Montjoie, Danièle Gay va prendre la parole !

Dès l’enfance, cette dernière  va connaître le parfum de térébenthine et de peinture à l’huile dans les ateliers de son père et de son oncle.

Étudiant l’art à Caen, puis à Berlin et enfin à Annecy, l’artiste travaille dans la région depuis plus de 15 ans. Elle cherche inlassablement un sens à l’histoire que son inspiration lui pousse à raconter à travers ses œuvres.

Sous les apparences banales et convenues du quotidien, il y a aussi une forme d’esthétisme et du… charme.

À la question quelle est votre manière de créer, Danièle Gay entonne le refrain suivant : « Tous les moyens sont bons : gravure, collages lettristes, recherche poétique – graphique, modelage à partir de récupération (inspiré entre autres des artistes africains et de leur génie de la 2nde vie pour les rebuts de la consommation). »

Elle ajoute : « Je reviens toujours au mot, à la phrase, au sens oublié ou redécouvert, à la lettre comme objet plastique, au paquet de texte opaque, traduit en plusieurs langues (la beauté de la calligraphie chinoise ou arabe…) qui accompagne tout modeste code – barre ! Je reviens toujours à ce qui peut pousser comme des herbes entre les fissures du bitume, et jette sur le quotidien une ombre adorable et fragile ».

Danièle prendra la parole aux Contamines Montjoie durant cette édition d’été de Natur’Art sous forme d’une exposition unique. Elle proposera également des ateliers participatifs de création.

 

Site: www.danielle-gay.odexpo.com

 

  • Jean Loup Benoît, artiste peintre

 

Jean Loup Benoît artiste peintre, né à Constantine avant de s’installer tout jeune enfant en région parisienne dans les années 60, est amoureux des Alpes… Ses aïeux sont d’ailleurs originaires de cette terre des montagnes. Il en fera, à son tour, sa région de vie en 1981, l’année où il s’installe en Savoie.

Il aime la nature, les paysages alpins et les bâtisses anciennes dotées d’une certaine patine. Il a toujours eu envie de les… raconter ! Il le fera à travers la peinture… Il choisit l’aquarelle, car comme il le précise lui même : « la technique est facilement transportable sur tout type de lieu… »

Jean Loup Benoît décrit sa démarche et son intention :

« Au début, étant débutant dans la reproduction de paysage d’après nature, je l’ai fait d’une façon réaliste, puis, au fil des années, le style s’est simplifié, les formes se sont arrondies, l’ensemble partant dans le rêve. J’ai d’abord stylisé les maisons, puis sont venues les montagnes, les arbres et enfin l’herbe et les fleurs. Dans cette continuité d’évolution graphique, cela m’a conduit à peindre aussi des sujets abstraits. Jusque là, je décidais moi-même des sujets que je voulais représenter. Mais j’ai eu l’occasion d’illustrer des histoires de fiction, plus ou moins fantastiques et c’était l’occasion de pouvoir créer et inventer, par rapport à des textes, de me laisser guider par mon imagination. Trois livres sont alors nés en collaboration avec François Barré, conteur ».

Puis c’est avec son père, Jean Benoît, auteur de poésie, qu’il va travailler…

« Mon père me proposa quelques unes de ces poésies, et il en écrit d’autres spécialement, avec comme inspiration la montagne et la Savoie. Nous avons ensuite publié un petit recueil pour les 150 ans du rattachement de La Savoie à La France ».

Nous avons d’ailleurs choisi pour cette version été de Natur’Art, de présenter une exposition autour de l’ouvrage « les Fioritures Savoyardes », mettant donc en avant les peintures de Jean Loup et les poèmes de Jean… Restant dans l’univers des songes et de l’imagination, nous souhaitions également théâtraliser l’ensemble, rendant ainsi hommage à Jean, avec l’intervention d’un conteur, assurant le va et vient entre les textes et les aquarelles…

Riche de ses diverses expériences, Jean Loup Benoît invente aujourd’hui ses propres paysages, façonne ses propres décors ou ambiances… Il passe de l’aquarelle, à la plume et au stylo et s’oriente également vers le land art… Il a ainsi toute sa place au sein de Natur’Art Festival.

L’exposition se déroulera toute la durée de la semaine au sein de la bibliothèque du village, avec plusieurs séances de dédicaces personnalisées par l’artiste.

Jean Loup Benoît sera également présent sur le site de Notre Dame de la Gorge, avec l’intention d’utiliser le cadre et les matériaux de la nature, dans une démarche créative… Libre, l’artiste s’exprimera donc aussi à travers le Land Art !

 

  • Pierre & Camille Bernard, artistes sculpteurs

 

Un duo à la vie comme père et fille. Et un duo à la création comme sculpteurs complices façonnant leurs personnages et leurs décors… Chacun a sa trajectoire et sa spécificité.

Pierre, un architecte qui, voilà plusieurs décennies, a laissé son imagination s’exprimer en sculptant la matière… La glace et la neige en hiver, le bois, le foin, l’herbe en saison chaude. C’est à Québec en 1982, qu’il repère le modelage de la matière naturelle. Il a depuis participé à de nombreux concours nationaux et internationaux.

Mais avec l’expérience et les années passant, ce qui enthousiasme Pierre, c’est le partage et non plus la compétition…

Camille, illustratrice de métier, a depuis quelques années, choisi de s’exprimer aux côtés de son père, dans la réalisation de personnages d’ampleur, qui déplace très largement le cadre des planches à dessin ! Les notions d’expression collective et de proximité avec le public sont chères à ces deux artistes.

Naur’art est un événement qui leur va bien. Parfaitement bien ! Car ils s’inspirent sincèrement de la nature et vivent tous les deux, dans le plus concret respect à son égard.

Ils proposeront ici, durant le période de Natur’Art, de sculpter une « histoire unique », en veillant scrupuleusement à n’utiliser que des matériaux naturels.

Parallèlement à cette création massive, ils proposeront des ateliers participatifs sur le site de Notre Dame de la Gorge. Environnement respecté et créativité stimulée seront les leitmotivs de Pierre & Camille…

 

  • Joël Grare, musicien

 

“ Paysan de la musique”, autodidacte, enfant du rock, batteur-percussionniste toujours en quête de nouvelles sonorités, passionné avant tout par les cultures qui jalonnent la route de la soie, il sʼest constitué au fil de ses pérégrinations un instrumentarium allant dʼun clavier chromatique de 4 octaves de cloches de vaches en acier de Chamonix aux tambours japonais creusés à même le tronc.
Dʼun esprit curieux, il multiplie les aventures musicales ; Flamenco avec Daniel Manzanas,
Baroque avec le Poème Harmonique, World-Symphonique sous la direction dʼYvan Cassar, Lyrique avec Patricia Petibon, improvisations iconoclastes avec Jean-François Zygel.
En 2002, il compose “Follow”, pour un duo avec le chorégraphe et danseur Zheng Wu. Le spectacle sera crée à Venise et fera lʼobjet dʼun premier cd chez Alpha en 2003.
Il se produit en solo depuis 2006 dans une série de miniatures musicales réunies sous le titre “La cloche et le papillon”.
En 2008, un second cd sort chez Alpha “Paris-Istanbul-ShangaÏ “, fruit de sa rencontre avec Guo Gan, virtuose du Er-hu, de Bruno Helstroffer, théorbiste Hendrixien, dʼEmek Evci, contrebassiste turc au goût balkanique et Karine Herrou-Gonzalez, muse flamenca.
Il signe la musique du film de Philippe Béranger, “cahier dʼun retour au pays natal”, tiré du poème dʼAimé Césaire, ainsi que celle de Cami, spectacle mis en scène par Laurent Pelly dʼaprès une adaptation dʼAgathe Mélinand à partir des écrits de Lʼhumoriste au théâtre national de Toulouse.
Avec son ensemble “Les tambours de Lune”, il participe à des projets aussi divers que la tournée des stades de Johnny Hallyday en 2003, la création du Poème Symphonique “A lʼencre de Chine”, dʼYvan Cassar au Palais des Congrès à Paris en 2005, à la nuit de lʼimpro au Châtelet de Jean-François Zygel en 2010, à lʼouverture du Festival de musique sacrée de Fez pour la création de l “oratorio mundi “ dʼArmand Amar en mai 2011.
Il enregistre en tant quʼinterprète pour de nombreux artistes et prépare actuellement un nouveau cd autour des cloches.